• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Faut-il avoir peur des graisses ?

Des chercheurs de l’INRA ont participé à l’émission « Enquête de Santé » sur France 5 du 04 avril 2018, suivie par plus de 1,5 million de spectateurs. Une partie du reportage diffusé,  « Graisses alimentaires, le retour en grâce », a été réalisée au laboratoire NutriNeuro où Sophie Layé, directrice de l' unité,  a été interviewée pour ses travaux sur l’impact des acides gras sur la santé mentale. Anthony Fardet de l’Unité de Nutrition Humaine y est intervenu pour mettre en avant l’importance de limiter la consommation d’aliments ultra-transformés. Marie-Caroline Michalski du laboratoire CarMeN était invitée sur le plateau du débat qui suivait le reportage pour répondre en direct aux questions des téléspectateurs relayées par Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse.

Huile de tournesol.. © Inra, WEBER Jean
Mis à jour le 28/05/2018
Publié le 25/05/2018

Les chercheurs de l’INRA ont pu préciser au cours de l’émission des notions importantes :

Dans le documentaire "Graisses alimentaires, le retour en grâce", Sophie Layé a présenté les travaux de recherche qui montrent que les acides gras polyinsaturés omega 3 ont un rôle primordial dans la physiologie cérébrale, les émotions et la mémoire. Les connaissances actuelles sur les omega 3 indiquent que ces acides gras alimentaires indispensables ont des effets préventifs vis-à-vis des pathologies du cerveau, notamment la dépression et la maladie d’Alzheimer. Les connaissances sur leurs effets curatifs dans les maladies du cerveau font encore l’objet d’intenses recherches, en l’occurrence de par leur rôle dans la neuro-inflammation.

Au-delà de la teneur en lipides des aliments, Anthony Fardet a insisté sur l’importance de la naturalité des produits et des modes de transformation des aliments, soulignant notamment que des aliments riches en gras mais pas trop « transformés » étaient des aliments de qualité et pouvaient participer d’un régime équilibré (fromages, beurre, crèmes…). Il a donc souligné l’importance d’avoir une vision globale de l’alimentation (approche holistique) plutôt que de se focaliser sur les seuls nutriments ce qui peut entrainer de la confusion (approche réductionniste).

Au cours du débat qui a suivi le reportage, et pendant lequel les téléspectateurs posaient des questions en direct relayées par Michel Cymes et Marina Carrère d’Encausse, Marie-Caroline Michalski a contribué à délivrer quelques messages :

- il faut favoriser la consommation d’aliments naturels, apportant de nombreux autres nutriments que les lipides et une structure modulant la digestion, comme les noix et amandes, les yaourts et fromages

-  il vaut mieux cuisiner soi-même, avec des huiles et matières grasses de qualité variée, apportant ainsi un profil équilibré en acides gras.

Elle a rappelé le danger vital de chercher à éliminer les graisses de son alimentation, tout en soulignant l’importance de choisir des sources de lipides de qualité. A ce titre les acides gras omega 3 à longue chaîne sont apportés principalement par les poissons, mais il est également important d’assurer ses apports en omega 3 végétaux, notamment en utilisant de l’huile de colza pour l’assaisonnement et en consommant des noix.

Synopsis de l'émission

Alimentation : faut-il avoir peur du gras ?

On les accuse de boucher les artères, de favoriser l’obésité et les accidents cardio-vasculaires… Pourtant, sans les graisses alimentaires, notre corps ne pourrait pas fonctionner. Résultat, entre les prétendues "bonnes" et "mauvaises" graisses, le consommateur ne sait plus à quel gras se vouer.

Dans les années 1950, le monde occidental fait face à une épidémie de maladies cardiovasculaires. Il faut trouver au plus vite un coupable. Sur fond de lobbying de l’industrie sucrière, les graisses saturées vont très vite être jugées responsables des plaques d’athérome qui bouchent nos artères.

Venue des Etats-Unis, la guerre contre le gras a contaminé la France. Dans les rayons des supermarchés, les aliments allégés sont partout et chaque produit ou presque dispose de sa version light. En tête des ventes, les produits ultra-frais : yaourts, desserts, beurres, crèmes fraîches... Mais que veut dire exactement le terme "allégé" ? Et quel est l'impact réel de ces produits sur notre santé ?

 On sait aujourd’hui que les preuves scientifiques incriminant les lipides sont plutôt maigres. La diminution de la part des graisses de notre alimentation n’a pas eu d’effet sur l’incidence des maladies cardiovasculaires ni de l’obésité. Et désormais, de nombreux spécialistes militent pour un retour des graisses alimentaires dans nos assiettes. Et si la revanche du gras avait sonné ?

 Le documentaire "Graisses alimentaires, le retour en grâce" réalisé par Claire Ricard sera suivi d’un débat animé par Michel Cymes, Marina Carrère-d’Encausse et Benoît Thevenet.

 Les Invités : Pr Gabriel PERLEMUTER, chef de service Hépato-gastroentérologie et nutrition, Hôpital Antoine-Béclère (AP-HP) /  Marie-Caroline MICHALSKI, directrice de recherche à l'INRA, laboratoire CarMeN (Lyon) /  Angélique HOULBERT, diététicienne  / Sylvain DUVAL, biologiste et auteur du "Guide des aliments contre les idées reçues". 

Voir ou revoir l'émission

Site de l’émission : https://www.allodocteurs.fr/emissions/enquete-de-sante/enquete-de-sante-du-04-04-2018_26707.html

-Reportage avec les interventions de Sophie Layé et Anthony Fardet visible sur la chaîne YouTube de l’émission : https://www.youtube.com/watch?v=8o85lZMRKKw

-Débat en direct avec participation sur le plateau de Marie-Caroline Michalski visible sur la chaîne YouTube de l’émission : https://www.youtube.com/watch?v=Jw9IeuCJKG8