• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
publication Solagro. © Inra-Solagro

Changer d’alimentation pour préserver notre santé et notre environnement : les résultats du projet BioNutriNet

Pour la première fois en France, une étude montre à partir de données individuelles que le régime alimentaire des consommateurs de « bio », permet de préserver les ressources naturelles et le climat. Ces travaux confortent de nombreuses études et scénarios sur la non soutenabilité des régimes trop carnés, trop riches en protéines animales mais tiennent compte des modes de production des aliments (bio ou conventionnel). Ils font également écho aux nouvelles recommandations de santé publique France. L’étude des liens entre un « régime bio » et la santé a également été amorcée.

Mis à jour le 24/07/2019
Publié le 23/07/2019

BioNutriNet est un programme de recherche qui avait pour objectif de mesurer de façon précise la consommation d’aliments issus de l’agriculture biologique, de caractériser les consommateurs de produits bio et les consommateurs d’aliments conventionnels et de mesurer les effets de la consommation bio sur la santé et l’environnement. Il a permis de comparer les profils « santé (surpoids), surfaces, énergie et gaz à effet de serre »  de 29 000 consommateurs en fonction du pourcentage d'aliments bio consommés. Il délivre des données scientifiques inédites sur des problématiques qui sont  à l'agenda des politiques climatiques, sanitaires, environnementales, en France et dans le monde.

Un séminaire organisé par Solagro, le 21 juin 2019 a permis de présenter les résultats du programme de recherche BioNutriNet  et de discuter des voies d'actions pour une évolution de la consommation alimentaire des Français favorable à leur santé et à l'environnement.

A cette occasion, Solagro a édité un fascicule intitulé « Le revers de notre assiette » qui aborde les questions suivantes : quelle est l’empreinte de notre alimentation sur l’environnement ? Quelles conséquences sur notre santé ? L’agriculture biologique va-t-elle affamer le monde ou au contraire sauver notre biodiversité ? Pourquoi est-il urgent de changer d’assiette ? Combien de surface pour se nourrir ? Le fascicule présente les résultats des travaux de recherche puis les éléments de contexte dans lesquels ils s’inscrivent.

Le revers de notre assiette

Contact(s)

L'auteur

Bionutrinet a été piloté par Emmanuelle Kesse-Guyot, directrice de recherche à l’INRA, membre de l’unité EREN affiliée à l’INSERM, l’INRA et l’Université Paris 13. Solagro a réalisé l’évaluation environnementale des différents régimes.