Les apports de féculents en France en dessous des recommandations nutritionnelles

Le recueil des apports alimentaires dans le cadre de l'étude Nutrinet-Santé a permis d'estimer les apports en féculents dans l'alimentation. Au total les analyses ont porté sur 80 209 participants correspondant à 264 564 enquêtes alimentaires.

Mis à jour le 28/05/2013
Publié le 24/05/2013
Mots-clés :

Quels sont les principaux résultats de ces enquêtes alimentaires en matière de consommation de féculents ?

Les apports en féculents observés dans NutriNet-Santé sont de 257 g/j (300 g/j chez les hommes et 217 g/j chez les femmes). Parmi les différents féculents, le pain est le principal contributeur (environ 45%), devant les pommes de terre (20%), les pâtes (17%) et le riz (8,5%). La consommation de pain augmente avec l’âge, alors que celle de pâtes et de riz diminue. La consommation de pommes de terre est stable avec l’âge sauf chez les plus de 65 ans ou elle est légèrement plus élevée.

Répartition de la consommation de féculents. © Inra
Répartition de la consommation de féculents © Inra

Répartition de la consommation de féculents chez l'homme (schéma de gauche) et chez la femme (schéma de droite)

Les recommandations nutritionnelles du PNNS sont de 3 à 6 féculents par jour. 35,4% des hommes et 65,9% des femmes ont des apports en féculents inférieurs aux recommandations nutritionnelles; 9,5% des hommes et 1,3% des femmes ont des apports en féculents supérieurs aux recommandations et seulement 55% des hommes et 33% des femmes suivent les recommandations nutritionnelles. Cela explique que les apports en glucides ne représentent que 43 % des apports énergétiques, par rapport à la recommandation d’au moins 50 %.

Comment s'explique cette insuffisance d'apport ?

Cette insuffisance d’apport peut s’expliquer par le fait que seuls 22 % des Nutrinautes connaissent la recommandation du PNNS concernant la consommation des féculents. C’est le repère de consommation le
moins bien connu des repères alimentaires du PNNS (par ex, ils sont 86 % à connaitre « au moins 5 fruits et légumes par jour », 85 % « du poisson au moins 2 fois par semaine » ; 74 % « viandes/poissons/oeufs, 1 à 2 fois par jour » ; 39 % « 3 produits laitiers par jour »)

Les consommations de féculents inférieures aux recommandations sont plus fréquentes chez les sujets ayant suivi un ou plusieurs régimes amaigrissants dans le passé

A quoi servent les féculents ?

Les féculents sont considérés comme une source importante de glucides complexes qui contribuent majoritairement à l'apport énergétique journalier et jouent un rôle prépondérant dans la régulation de la prise alimentaire. En effet, les aliments riches en glucides complexes (pâtes, riz, pains et céréales, notamment sous formes complètes) comptent, avec les aliments riches en protéines (poisson, viande, haricots, lentilles ou oeufs), parmi les aliments ayant le plus grand pouvoir rassasiant.

Au-delà de leur effet satiétogène, la composition nutritionnelle de certains féculents leur confère un intérêt particulier.Par exemple certains féculents comme les céréales (et notamment les formes complètes) et les légumineuses peuvent représenter des sources non négligeables de fibres, de vitamines et de minéraux (vitamines B et E), en minéraux (fer, magnésium, zinc, potassium, sélénium), d'acides gras essentiels, et présentent un indice glycémique bas.

Les féculents contribuent actuellement à hauteur de 21 % des apports énergétiques chez les femmes et 23 % chez les hommes, à 75 % des apports en glucides complexes dans les deux sexes et à 34 % des apports de fibres chez les femmes et 39 % pour les hommes. Ils apportent 21,5 % des apports totaux en vitamine B1, 20 % des apports en vitamine B6 et 16,5 % des apports en vitamine B9 (folates)

Pourquoi faut-il augmenter la consommation des féculents ?

Augmenter la consommation de féculents est donc un moyen 1) d'augmenter l'apport en glucides complexes, 2) réduire la contribution des lipides et sucres simples à la balance énergétique et 3) contribuer à l'apport de différents nutriments (fibres, vitamines).

Comment peut-on augmenter la consommation des féculents ?

Ces résultats justifient de promouvoir les recommandations du PNNS sur la consommation de glucides afin qu’ils contribuent à plus de 50 % des apports énergétiques journaliers, en favorisant la consommation des féculents (aliments sources d’amidon) et notamment les féculents complets (riches en fibres), tout en réduisant de 25 % la consommation actuelle de sucres simples, et en augmentant de 50 % la  consommation de fibres.
La méconnaissance du repère de consommation du PNNS, l’image « négative » ancienne des « féculents qui font grossir » nécessitent de mettre en place des campagnes d’information auprès du public pour stimuler la consommation des féculents (et notamment chez les sujets souhaitant maigrir qui ont tendance à limiter de manière injustifiée leur consommation). Il est nécessaire d’insister sur l’intérêt des féculents pour assurer la sensation de rassasiement, signal essentiel de la régulation de la prise alimentaire.

En savoir plus

sur l'étude Nutrinet-Santé, une cohorte de 500 000 Nutrinautes pour faire progresser la recherche publique sur les comportements alimentaires et les relations Nutrition-Santé