Formes bacteriennes.
Concours/exposition de photographies sur le thème « Arts et science » à Jouy-en-Josas en 2009.. © © INRA, MEYLHEUC Thierry

Microbiote intestinal et santé

Le microbiote intestinal est impliqué dans la genèse de l’hypersensibilité viscérale chez les sujets atteints du syndrome de l’intestin irritable

Le microbiote intestinal des patients atteints du syndrome de l'intestin irritable est caractérisé par une dysbiose engendrant des altérations métaboliques importantes. Des chercheurs du département Alimentation humaine ont montré que le transfert de microbiote fécal de patients atteints du syndrome à des rats axéniques s’est accompagné du transfert de l’hypersensibilité viscérale caractérisant ces patients. Le microbiote intestinal joue ainsi un rôle important dans les phénomènes de douleur abdominale et est donc un acteur majeur de la pathologie du syndrome de l'intestin irritable.

Mis à jour le 13/05/2014
Publié le 09/05/2014

Le syndrome de l’intestin irritable est une pathologie fonctionnelle digestive caractérisée par des douleurs abdominales et/ou un inconfort digestif accompagnés ou non de trouble du transit. Bien que de faible morbidité, la prévalence du syndrome de l'intestin irritable est élevée dans la population adulte occidentale (10 à 20%). L’origine reste mal définie. La majorité des patients atteints du syndrome de l'intestin irritable présentent une hypersensibilité viscérale, responsable de douleurs abdominales, qui constitue ainsi un facteur important de la physio-pathologie du syndrome. Le microbiote intestinal est également aujourd’hui considéré comme ayant un rôle potentiel dans l’étiologie de cette pathologie. En effet, des déséquilibres de la composition de cet écosystème ont été observés chez les patients atteints. Cette dysbiose engendre des altérations métaboliques importantes (Chassard et al, 2012) pouvant affecter l’hôte via des métabolites potentiellement délétères et être ainsi impliquée dans la physio-pathologie du syndrome de l'intestin irritable.

Des rats axéniques ont été inoculés avec le microbiote fécal de patients atteints du syndrome de l'intestin irritable (microbiote SII) présentant une hypersensibilité viscérale ou de sujets sains non hypersensibles. Ce modèle de rat à microbiote SII permet de maintenir la dysbiose microbienne caractérisant le microbiote des sujets atteints du syndrome de l'intestin irritable. Les animaux ayant reçu le microbiote SII ont développé une hypersensibilité viscérale, mesurée par le test de distension colo-rectale, alors que les rats à microbiote sain sont restés normo-sensibles.  Ainsi, l’hypersensibilité viscérale peut se transmettre du patient SII à l’animal par transfert du microbiote intestinal.  Aucune altération mucosale (perméabilité, inflammation...) n’a été observée chez les rats à microbiote SII. En revanche, les altérations du microbiote intestinal, et des métabolites qu’il produit, doivent avoir un rôle majeur dans l’hypersensibilité viscérale et les phénomènes de douleurs abdominales caractérisant les patients SII.  

La perspective majeure de ces travaux est d’identifier le/les composants microbiens impliqués dans la genèse et le maintien de l’hypersensibilité viscérale. Les premiers résultats suggèrent que le sulfure d’hydrogène, produit en quantité importante par le microbiote SII et considéré comme  un gazo-transmetteur, pourrait être impliqué dans ces phénomènes d’hyperalgésie.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

En savoir plus

Crouzet L, Gaultier E, Del’homme C, Cartier C, Delmas E, Dapoigny M, Fioramonti J, Bernalier-Donadille A. The hypersensitivity to colonic distension of IBS patients can be transferred to rats through their fecal microbiota. Neurogastroenterology & Motility, 25 (4): 272-282.