Sujet âgé en train de manger. © Inra

Alimentation et vieillissement

Rôle des apports nutritionnels en AGPI n-3 sur l’inflammation à bas bruit et le bien-être du sujet âgé

Le vieillissement normal s’accompagne d’une immunosenescence périphérique et centrale caractérisée par la synthèse de cytokines inflammatoires en faible quantité. L’action de ces cytokines dans le cerveau altère les fonctions synaptiques et provoque des altérations cognitives, en particulier de la mémoire spatiale. De par leurs activités anti-inflammatoires et leur forte incorporation dans les membranes des neurones, les acides gras polyinsaturés (AGPI) n-3 pourraient limiter le développement des altérations cognitives liées à l’âge.

Mis à jour le 28/06/2013
Publié le 07/06/2013
Mots-clés :

Nous avons soumis des souris à des régimes contrôlés en AGPI n-3 (équilibrés vs carencés en AGPI n-3 précurseurs, l’acide a-linolénique ALA) tout au long de la vie (intrautérine et postnatale). Nos résultats montrent que le régime ALA augmente les taux de DHA dans le cerveau (Larrieu et al., 2012) et protège le sujet jeune, mais pas le sujet âgé, des altérations de la mémoire spatiale et de la synthèse de cytokines dans le cerveau (Moranis et al., 2012). Par contre, la consommation d’AGPI n-3 préformés (DHA) pendant une courte durée protège les sujets âgés de l’inflammation cérébrale et des troubles de la mémoire associés (Labrousse et al., 2012).

Ces données montrent que le statut nutritionnel en AGPI n-3 influence le fonctionnement cérébral et protège des troubles mnésiques liés à l’âge. Ils ouvrent de nombreuses perspectives, en particulier l’étude des modes d’actions moléculaires des AGPI sur les neurones par des approches d’électrophysiologie chez les jeunes rongeurs (Contrat FRM, porteur SL). Nous étudions également les modes d’action des acides gras omega 3 sur la neuroinflammation (ANR Neuromega 3, coPI SL). Enfin, ils offrent la perspective de tester si la supplémentation alimentaire en AGPI à chaine longue chez les sujets âgés protègent de l’inflammation et de ses effets sur le cerveau par des approches d’IRM fonctionnelle et de neuropsychologie (FUI NutriMémo, porteur V Pallet, NutriNeuro)

En savoir plus

  • Layé S. What do you eat? Dietary omega 3 can help to slow the aging process. Brain Behav Immun. 2012 Nov 10.
  •  Larrieu T, Madore C, Joffre C, Layé S. Nutritional n-3 polyunsaturated fatty acids deficiency alters cannabinoid receptor signaling pathway in the brain and associated anxiety-like behavior in mice. J Physiol Biochem. 2012 Dec;68(4):671-81.
  • Labrousse VF, Nadjar A, Joffre C, Costes L, Aubert A, Grégoire S, Bretillon L, Layé S. Short-term long chain omega3 diet protects from neuroinflammatory processes and memory impairment in aged mice. PLoS One. 2012;7(5):e36861.
  • Moranis A, Delpech JC, De Smedt-Peyrusse V, Aubert A, Guesnet P, Lavialle M, Joffre C, Layé S. Long term adequate n-3 polyunsaturated fatty acid diet protects from depressive-like behavior but not from working memory disruption and brain cytokine expression in aged mice. Brain Behav Immun. 2012 Jul;26(5):721-31.