Carte des unités AlimH 2016. © Inra

Les unités du département

Mis à jour le 22/11/2016
Publié le 11/04/2013
Mots-clés :

Le département regroupe 22 unités dont 1 unité expérimentale, 4 unités de recherche, 13 unités mixtes de recherche et 4 unités sous contrat. La répartition des unités du département partout en France participe au rayonnement national du département.

Les 22 unités du département sont réparties sur tout le territoire national. Quatre centres regroupent plusieurs unités ou équipes autour des thématiques particulières du Département : 

  • Dijon : propriétés sensorielles des aliments, perception, mémorisation et impact sur les comportements et les choix alimentaires.
  • Clermont-Ferrand - Theix : rôle de l'alimentation dans la prévention des altérations métaboliques, principalement dues au vieillissement.
  • Toulouse : étude des xénobiotiques, quantification de l'exposition et caractérisation de leur métabolisme.
  • Paris : déterminants biologiques, sociologiques et économiques des comportements alimentaires. 

  Différents types d'unité sont répertoriés :

  • les unités de recherche (UR) sont des unités propres au département.
  • les unités mixtes de recherche (UMR) sont des structures communes à différents partenaires qui s'engagent sur une durée de 4 ans sur une stratégie et un projet scientifique communs
  • les unités et installations expérimentales (UE)
  • les unités sous contrat (USC) font l'objet d'un partenariat avec l'INRA qui vise à formaliser des collaborations de recherche ciblées et éventuellement limitées à l'échelle d'une équipe au sein d'une unité relevant d'établissements de recherche autres que l'INRA.

Carte des unités AlimH 2016. © Inra
Carte des unités AlimH 2016 © Inra

Panorama des unités de recherche

Alimentation, adaptations digestives, nerveuses et comportementales (ADNC)

L’unité ADNC organise son activité de recherche autour de deux axes thématiques majeurs :

  • Réponses digestives, centrales et comportementales de l’adulte dans un environnement nutritionnel à risques ;
     
  • Conséquences de l’alimentation du jeune sur la physiologie digestive et le comportement alimentaire de l’adulte, et interactions avec l’environnement nutritionnel de l’adulte.

Un troisième axe, plus méthodologique, concerne les recherches en imagerie fonctionnelle en lien avec une plateforme d’imagerie labellisée IBISA et adossée à l’unité. En savoir plus sur la plateforme PRISM

unité de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Service de pharmacologie et d'Immunoanalyse (SPI) Les travaux menés dans l'unité visent à développer des outils et connaissances permettant d’évaluer, gérer et si possible prévenir le risque allergique des aliments. L’objectif de ces travaux est ainsi de permettre une meilleure compréhension des facteurs et des mécanismes qui interagissent pour polariser et moduler la réponse immunitaire aux protéines alimentaires et ainsi induire ou réprimer une réponse de type allergique. Le but est également d’offrir une combinaison pertinente d’approches pour l’évaluation et la prévention du risque allergique des nouveaux aliments tels que les organismes génétiquement modifiés (OGM)   unité de recherche  
Biologie du Développement et reproduction (BDR)

Les recherches de l’Unité sont centrées sur le développement de l’embryon de mammifères depuis la formation de la cellule œuf, jusqu’à l’organogenèse fœtale. Elles sont organisées autour de quatre axes :

  1. la dynamique du génome embryonnaire au cours des premiers stades et l’acquisition de la pluripotence,l’établissement de la gestation et le dialogue mère-conceptus,
  2. la gonadogenèse et gamétogenèse foetale,
  3. l’adaptation de l’embryon et du fœtus à son environnement
  4. Les recherches sont conduites simultanément chez plusieurs espèces (bovins, ovins, caprins, lapins, souris) permettant ainsi une démarche de biologie et de physiologie comparatives.
unité mixte de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Cardiovasculaire Métabolisme Diabétologie et Nutrition (CARMEN) Il s'agit d'un laboratoire biomédical de recherche dans le domaine des maladies cardiovasculaires, du métabolisme, de la diabétologie et de la nutrition. Trois axes sont développés : i) adaptations nutritionnelles, ii) rôle de l'activité physique sur la physiologie du muscle, iii) rôle de la structure physique des lipides alimentaires sur les paramètres physiologiques et physiopathologiques unité mixte de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Centre des Sciences du Goût et de l'Alimentation (CSGA)

L’objectif général est une meilleure compréhension des mécanismes physico-chimiques, moléculaires, cellulaires, comportementaux et psychologiques qui sous-tendent la perception sensorielle des nutriments.

Les études vont de la libération des molécules à partir de l’aliment, au comportement du consommateur, en passant par les mécanismes biologiques à la base de la perception sensorielle. Ce dernier point est abordé : – au niveau périphérique (gustation-olfaction) – au niveau central (bulbe olfactif, hypothalamus, etc) en lien avec la régulation du comportement alimentaire.

Les modifications de cette « sensorialité » au cours de conditions physiologiques (développement, expérience) ou physiopathologiques (excès de nutriments) sont également envisagées

unité mixte de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Dynamique Musculaire et Métabolisme (DMEM) L'unité mène des recherches fondamentales sur le développement et le maintien de la fonctionnalité de la masse musculaire chez les mammifères. Le projet scientifique de l’UMR a pour objectif général l’étude des mécanismes physiologiques contrôlant la fonction musculaire, sa masse et son métabolisme. Nos lignes d’action sont i) d’appréhender les processus par lesquels l’activité mitochondriale contrôle le métabolisme énergétique des fibres musculaires, ii) de caractériser les mécanismes intracellulaires (voies signalétiques) et les acteurs moléculaires qui participent au contrôle de l’homéostasie protéique musculaire et iii) d’identifier les acteurs nécessaires (nutrition, activité physique) à un maintien de la fonction musculaire. unité mixte de recherche  
Génie Industriel Alimentaire (GENIAL) Le spectre d’études de l’UMR traite des aliments dans leur processus d’élaboration jusque l’entrée en bouche, incluant une conception raisonnée de l’équilibre entre les propriétés sensorielles, sanitaires, nutritionnelles et technologiques, et des procédés, également éco-conçus, innovants, maîtrisés, sobres. unité mixte de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Microbiologie de l'Alimentation au service de la Santé humaine (MICALIS)

L'unité est organisée autour de trois pôles thématiques :

  • l’émergence et le contrôle des microorganismes pathogènes opportunistes d’origine alimentaire : l'objectif est de comprendre comment les microorganismes contribuent et interagissent avec leur environnement
  • les écosystèmes microbiens alimentaire et intestinal et les interactions fonctionnelles aliment-microbiote-hôte : l'objectif est de comprendre comment les écosystèmes mcirobiens complexes contribuent à préserver la qualité des aliments et protéger la santé des hommes.
  • la biologie systémique et synthétique microbienne : l'objectif principal est de définir les principes généraux qui régissent la conception et le fonctionnement des réseaux biologiques chez les bactéries
unité mixte de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Nutrition, obésité, risques thrombotiques (NORT) Les recherches portent sur les trois grands thèmes complémentaires suivants : 1/ digestion, biodisponibilité et métabolisme postprandial des lipides et des microconstituants lipophiles, 2/ lipolyse enzymatique et 3/ rôles régulateurs et incidences physiologiques des nutriments lipidiques. unité mixte de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Nutrition et Neurobiologie intégrée (NUTRINEURO)

L'unité étudie l’impact de la nutrition lipidique sur les fonctions cérébrales et le développement de troubles de l’humeur et de la cognition.

Nous testons l’hypothèse que la consommation de diètes lipidiques déséquilibrées contribue au développement de troubles cognitifs et de l’humeur par leur action sur le cerveau. Cette question importante est étudiée par des approches pluridisciplinaires selon des recherches translationnelles innovantes, chez l’homme et sur des modèles de rongeurs.

unité mixte de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Physiologies des Adaptations Nutritionnelles (PHAN) L’objectif général de l'unité est de déterminer si la nutrition au début de la vie (période fœtale et néonatale) a des effets à long terme (empreinte nutritionnelle) sur deux organes-clés de la nutrition: 1) le tractus gastro-intestinal (barrière épithéliale et microbiote intestinal), et 2) l’hypothalamus et les circuits neuronaux impliqués dans la régulation de la prise alimentaire; et 3) si c’est le cas, d’élucider les mécanismes impliqués dans ces effets. Notre unité explore particulièrement (mais pas exclusivement), les effets de la dénutrition périnatale.  unité mixte de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Physiologie de la Nutrition et du Comportement Alimentaire (PNCA) Les recherches de l'unité ont pour objet l'étude du contrôle biologique de la prise alimentaire et de l'homéostasie protéique et énergétique. D'une façon générale, ces travaux visent à contribuer à l'identification des signaux, des voies, et des mécanismes par lesquels l'organisme assure en permanence son homéostasie protéique et énergétique par ajustements conjoints de la prise alimentaire, du métabolisme protéique et du métabolisme énergétique. Ils visent à établir des conditions nutritionnelles pour lesquelles il y a adéquation entre le maintien de l'homéostasie à court terme, et la prévention de dysfonctionnements métaboliques, conduisant sur le moyen et long terme à des situations pathologiques chroniques associées au surpoids et au syndrome métabolique. Les facteurs et critères pris en compte dans nos études, en réponse aux variations quantitatives et qualitatives de l'apport protéique et énergétique, sont : 1- les processus cellulaires d'adaptation et les signaux métaboliques, neurophysiologiques, et immuns issus de la sphère viscérale ; 2- les mécanismes tissulaires et cellulaires d'adaptation du métabolisme des acides aminés, du métabolisme protéique, et du métabolisme énergétique dans les tissus viscéraux et périphériques ; 3- les voies de transferts des informations d'origine viscérale et métabolique et les mécanismes centraux par lesquels ils contribuent au contrôle de la prise alimentaire ; 4- des marqueurs fonctionnels de risque incluant le contrôle de la glycémie, le métabolisme des lipides et la fonction endothéliale vasculaire unité mixte de recherche plus d'informations sur le site internet de l'unité
Toxicologie Alimentaire (TOXALIM) L'unité contribue à l'élaboration de connaissances sur les effets à long terme en santé humaine et animale de toxiques, tels que intrants agricoles, pesticides, mycotoxines, migrats d’emballage et autres contaminants alimentaires. Les projets relèvent plus particulièrement des expositions chroniques de contaminants à faible dose, éventuellement sous forme de mélanges et lors de phases critiques du développement des organismes (néonatal ou périnatal). unité mixte de recherche plus d'informations sur le site web de l'unité
Nutrition Humaine (UNH) Les travaux de l'unité visent à prévenir les désordres associés au vieillissement et/ou aux maladies chroniques (sarcopénie, ostéoporose, syndrome métabolique, athérosclérose). Pour relever ce défi sociétal majeur, l’UNH développe une approche innovante, intégrant la notion de complexité, tant sur le plan physiologique et métabolique, que nutritionnel. L’objectif est de déterminer l’impact des comportements alimentaires et la fonctionnalité des aliments (ou des nutriments qui les composent) dans différentes situations physiopathologiques fréquemment associées au vieillissement et/ou aux maladies chroniques (inflammation, stress oxydant, stress métabolique, lipotoxicité, insulinorésistance, dysfonction vasculaire, dérégulations hormonales, …), de manière à prévenir le déclin des grandes fonctions de l’organisme et des pathologies ciblées. L’identification de biomarqueurs précoces d’exposition ou du statut physiologique constitue une priorité pour des approches prédictives. De telles connaissances sont effectivement essentielles à l’établissement des recommandations nutritionnelles préventives. unité mixte de recherche plus d'informations sur le site web de l'unité
Centre de recherche Epidémiologie et  Statistique de Sorbonne Paris Cité (CRESS)

Les objectifs sont de

  • Etudier les relations nutrition/santé: identifier des facteurs de risque ou de protection liés à la nutrition, impliqués dans le déterminisme de la santé, notamment vis-à-vis des maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, diabète, hypertension, obésité, polyarthrite rhumatoïde, pathologies neurologiques...), des grandes fonctions (vieillissement, cognition, fertilité,...) et de la qualité de vie
  • Comprendre les déterminants des comportements alimentaires et de l'état nutritionnel (sociaux, économiques, psychologiques, culturels, sensoriels, cognitifs, ...)
  • Préciser les mécanismes en cause (biomarqueurs, critères intermédiaires)

La finalité des recherches de l'unité est de faire progresser les connaissances dans le domaine de la nutrition et de contribuer à faire progresser les recommandations nutritionnelles et les politiques publiques (tant vers les professionnels de santé que le grand public) visant à améliorer la prévention des maladies chroniques.

unité mixte de recherche plus d'informations sur le site web de l'unité
Préparation des Aliments Expérimentaux (UPAE) L'unité réalise à la demande  des régimes alimentaires expérimentaux particuliers.  unité expérimentale