Repas de viande rouge pour une jeune fille. En France, environ 25% des jeunes femmes sont carencées en fer. La faible consommation de viande est le facteur nutritionnel principal qui explique cette carence en fer et l’anémie qu’elle entraîne.. © Inra, MAITRE Christophe

Thématiques de recherche

Comprendre et agir sur les déterminants des comportements et choix alimentaires

L’objectif général de ce champ thématique est de comprendre et d’agir sur les déterminants des comportements et des choix alimentaires visant à l’adoption, par les consommateurs, d’habitudes alimentaires plus saines et durables.

Mis à jour le 17/11/2016
Publié le 15/11/2016
Mots-clés :

Les recherches visent ainsi à :

Comprendre le développement des comportements alimentaires au cours de l’enfance

Les travaux visent à élucider les mécanismes du développement des comportements alimentaires au cours de l’enfance du point de vue qualitatif (choix) mais aussi quantitatif (prise alimentaire) afin de proposer des moyens pour les infléchir.

Caractériser et mieux comprendre les déterminants des comportements alimentaires en lien avec les évolutions sociétales

Il s’agit de caractériser les évolutions du comportement alimentaire de la population par les approches de l’épidémiologie descriptive et analytique, de la psychologie et de l’économie expérimentale afin de mieux comprendre les déterminants de ces évolutions et l’impact des nouveaux modes de consommation sur les équilibres nutritionnels, la santé et le bien-être.

Comprendre les comportements alimentaires de la personne âgée pour lui assurer des apports nutritionnels adéquats

Pour identifier les trajectoires conduisant ou non à des états de dénutrition chez les personnes âgées, les dynamiques d’évolution des perceptions sensorielles, des préférences et des comportements alimentaires sont analysées et modélisées en prenant en compte non seulement les paramètres usuels (consommations alimentaires, statut tabagique, activité physique, niveau d’éducation), mais également des paramètres sensoriels et psychologiques, l’intérêt et la facilité à réaliser les tâches en lien avec l’alimentation, et l’environnement social. Les travaux visent à identifier et à tester des leviers pour augmenter la prise alimentaire et le plaisir associé aux repas tout en tenant compte des importantes différences interindividuelles.